Teodora Galerie

Directeur(s) : Hanna Ouaziz ; Fondateur : Gérard Hermet

25, rue de Penthièvre - 75008 Paris
Tél : +33 (0)1 77 17 28 45
Tél : +33 (0)6 32 92 27 55
Email : communication@teodora.fr
Site : www.teodora.fr

Spécialités

Art moderne et contemporain

Teodora est une nouvelle Galerie, située au centre de Paris au cœur du « carré rive droite » des galeries, 25 rue de Penthièvre dans le 8ème arrondissement. Fondée en Janvier 2012 par Gérard Hermet et dirigée par Hanna Ouaziz, la Galerie Teodora présente des artistes dont les oeuvres illustrent les traits structurants de notre société. Urbains ou contemporains, les artistes représentés se nourissent des cultures du monde et puisent dans différents courants et techniques une démarche qui leur est propre. Le nom de la galerie est un hommage rendu à l’Impératrice byzantine Teodora à qui l’on doit le rétablissement de l’orthodoxie et la disparition définitive de l’iconoclasme lors du concile de 843. Elle imposera habilement les images à l’univers de la chrétienté et permettra l’éclosion de l’art des icônes et au-delà, celui des renaissances européennes.

Pour cette nouvelle édition, la galerie présente l'événement "Femme, je vous aime", une exposition d'art urbain contemporain, du 5 juin au 31 août.

Quelles représentations pour la femme d'aujourd'hui ? 

Dans un monde en continuelle évolution où les mœurs, les rôles et les fantasmes changent, seuls certains classiques semblent restés figés et parmi eux l'intérêt porté aux femmes. Entre objet de désir, source d'inspiration, pilier de la famille ou encore sujet de contreverse et de débats, le regard sur la femme s'est lui aussi adapté à son temps. Les créations d'artistes masculins et féminins nous offrent un aperçu de la pluralité des réponses. 

De la courbe parfaitement sensuelle évoquant une certaine pureté immuable de Florent Boisard, aux poses coquines et joyeuses d'une femme heureuse dans un instant de lâcher prise chez Zalez, en passant par l'icône adulée chez Joachim Romain, c'est dans la variété des émotions que celle ci apparaît chez JM Robert. 

Quant à l'élément féminin de l'exposition, la sculptrice Soria Jordi, s'inscrit elle, dans une vision ancrée dans l'histoire de nos cultures, rappelant le rôle fédérateur de la femme, toujours à la recherche d'un équilibre. Passionnément sentimentale Soria Jordi nous livre le témoignage d'une femme toujours en quête de l'Amour.

 

1. 5 juin au 11 juin

 FLORENT BOISARD 

"Intimate curves" 

La galerie présentera le travail de l'artiste Florent Boisard pour l'exposition "Femme je vous aime Acte 1". Petit-fils du célèbre architecte décorateur Gustave Gautier, Florent Boisard né à Montreuil et loge dans un premier temps à Paris chez Dina Verny la muse de Maillol, baignant dans un univers d'art au milieu des sculptures de l'artiste. Florent étudie successivement dans plusieurs grandes écoles d'art : Les ateliers de l'Arc à Lorient, puis écoles Pivaut et Sépia. A l'époque, Florent Boisard dessine ses petites muses aux fessiers rebondis inspirées par des dessinateurs de BD comme : Manara, Serpieri, Luis Royo. Fasciné par la Femme symbole paradoxale de pureté et de désir, il se met en quête de la courbe parfaite. Obsession avouée, l'artiste travaille à l’aérographe des courbes à grandes échelles sur toile. Des volutes féminines se croisent, se superposent, s’échappent, se rejoignent. Des fesses apparaissent et parfois disparaissent pour laisser la place à d'autres courbes comme une réflexion sur une vision sexuée de la femme à la fois omniprésente et mouvante.

 

2. 13 juin au 31 août 

JM ROBERT 

JOACHIM ROMAIN 

ZALEZ

"Belle peut-être"

JOACHIM ROMAIN est baigné dans l'art dès la plus tendre enfance, grandissant dans une maison où les murs étaient remplis de toiles classiques ou contemporaines. Il découvre d'autres formes artistiques comme la photographie quand on lui offre son premier appareil à l'âge de quinze ans et des univers différents comme celui du graffiti lors de son arrivée à Paris à l'âge de dix huit ans. L'environnement direct dans lequel il évolue dans sa ville natale le fascine et ses premières séries seront fortement inspirées par des thèmes de l'usure et de la typographie urbaine (urban typo). Après un passage par le milieu de l'imprimerie, son travail est fortement empreint de l'univers de la publicité par le biais des bases de la typographie et des maquettes, et il a possiblement développé un certain penchant pour l'utilisation du papier. Il réalise des portraits par le biais d'affiches publicitaires, questionnant ainsi le cycle de vie de ces dernières. Il travaille sur la base de photographies qu'il déchire, découpe ou brûle, les transformant ainsi en œuvres uniques qui prennent parfois la forme de sculpture. Il associe sa fascination pour le portrait photographique et son attirance pour les clichés urbains afin de créer des portraits d'hommes, d'icônes artistiques, politiques ou encore publicitaires qui ont été mis à l'épreuve du temps et de la vie urbaine. Pour l'événement Femme, je vous aime, il nous livre des portraits d’icônes féminins, fragmentées et renaissant en souvenir, posant la question de la beauté et du temps.


JM ROBERT commence la peinture très jeune en imitant les effets de patine, de salissure et de dégradation qu’il observe sur les façades d’immeubles.. Après avoir réalisé des études dans les Métiers d’Arts il s’inspire progressivement du Pop Art, du Street Art, il a trouvé son style il y a 4 ans. Il dessine des visages féminins subtils et raffinés façon pochoir sur des fonds abstraits qui reprennent les effets des murs urbains.
Sa palette de couleurs très flashy contraste avec le noir du graphisme par lequel il saisit au vol cette expression si particulière des visages féminins qu’il dessine sur ses collages et ses toiles. Fasciné par les parois détériorées de maison, il souhaite donner à sa peinture un langage contemporain tel que celui qui s’exprime sur les murs de nos villes et saisit la présence forte brève et percutante d'un regard ou d'un visage féminin qui témoigne d'une époque.
" Ce que je cherche à produire, c’est un «effet de réalité», la réalité d’une présence, forcément aléatoire. Mes toiles sont toutes des portraits et des portraits de femmes. Sauf que, pour moi, il est
impossible de reproduire un visage sous tous ses aspects, dans la variété de ses formes. Je ne fais que l’évoquer". Les portraits féminins anonymes cristallisent alors des émotions uniques nous révélant la figure d'un être contrasté qui s'estompe et disparaît parfois dans la matière.


ZALEZ, Street artiste graffeur et pochoiriste originaire de Toulouse, il gravite pendant ses études autour du design, de l'architecture et des beaux-arts. Travaillant principalement la technique du dessin en couleurs, l'artiste s’expérimente également au pochoir, à l'encre, à la peinture acrylique et à la sculpture. À la recherche perpétuelle de l'identité féminine, il crée des œuvres à la fois provocantes et sensibles. Il véhicule à travers les positions et la nudité du sujet, une vision contemporaine du corps de la femme. Cette vision intime du corps de la femme est interprétée tels des taboux personnels et sociétaux. Posant son œuvre dans un paradoxe entre le classicisme, dessin et approche du Nu, et l’art urbain contemporain dans lequel il puise les techniques et les dénonciations modernes, Zalez nous livre d’agréables provocations. Un équilibre subtil entre une esthétique classique et une visée réactive. Là où les femmes reprennent pleine possession de leur corps, l’objet dans l’objet se fait porteur de message, véhicule un choix, un parti-pris volontaire et non subi de la part du public.

 

3. 20 juin au 31 août 

SORIA JORDI

"Passionnément sentimentale"

Soria Jordi est une artiste internationale, sculptrice de bronze à la croisée des cultures cubaines, indiennes, italiennes et algériennes qui réside à Perpignan et qui a situé son travail de création dans l'Intime et son inconscient. Exposée au Grand Palais, au Carrousel du Louvre, elle travaille notamment en Espagne, en Belgique, au Liechtenstein, et en Chine où elle pu réaliser une sculpture monumentale en 2014.

De réflexions incontrôlées en émotions non contrôlables, Soria Jordi nous laisse ressentir avec grâce ses faiblesses comme l'expression courageuse et universelle d'une force au féminin. Animée par la volonté de comprendre le monde, Soria Jordi incarne une vision idéalisée de la Femme aussi bien dans ses tourments et ses peurs face à l'Amour que dans ses épreuves de vie. Se nourrissant des vérités plurielles, elle se fait le témoin d'une condition en quête d'évolution.

Artistes représentés :

Florent Boisard - ZALEZ - Joachim Romain - JM Robert - Soria Jordi

Informations pratiques :

Horaires d’ouverture : du mardi au vendredi 12h - 19h et le samedi 14h - 19h
Métro : Miromesnil
Lignes Bus : 28 – 32 – 52 – 80 – 83 - 93
Parking : Vinci, avenue Matignon